Dans l'atelier de Gaëtan Polteau voient le jour les cornemuses utilisées par l'ensemble.

Aujourd'hui appelées chabrettes, de l'occitan chabretà qui signifie petite chèvre ; elles sont faites d'un hautbois, de deux bourdons et d'une poche en peau de chèvre d'où elles tirent leur nom.

On les appelle également cornemuses à miroirs, en raison de l'omniprésence de ceux-ci notamment sur les boîtiers des chabrettes, dont le décor, en plus d'un rendu esthétique exceptionnel, leur confère un aspect symbolique extrêmement riche.

Comme pour les flûtes de la Renaissance, les recherches de musiciens passionnés ont permis depuis les années 1970 de retrouver des chabrettes anciennes de toutes les tailles et par conséquent dans tous les tons...